Alors que l’assurance-chômage avait entamé, fin 2019, une vaste réforme, le coronavirus et le confinement ont mis les bâtons dans les roues du gouvernement. Loin de pouvoir continuer le changement des règles pour les allocataires, changement qui aurait dû réduire certains droits, la crise a contraint le gouvernement à prendre des mesures pour, au contraire, les rallonger et les aménager.

Les droits aux allocations chômage sont prolongés

La première mesure, probablement la plus importante, concerne les chômeurs dont les droits aux allocations chômage arrivaient à terme après le 1er mars 2020 : leurs droits sont rallongés. Ils toucheront le chômage jusqu’au 31 mai 2020, si la période de confinement se termine effectivement en mai 2020.

De même, la période de confinement ne sera pas comptée dans le cadre de la période de référence permettant de calculer l’ouverture du droit au chômage. Ainsi, au lieu de devoir avoir travaillé 6 mois minimum durant les 24 derniers mois, il faut désormais avoir travaillé 6 mois durant les 27 derniers mois.

Enfin, mais cela ne concerne que quelques cas particuliers, les salariés ayant démissionné en vue d’être embauchés ailleurs et dont l’embauche a été mise en suspend du fait du confinement bénéficieront des droits au chômage sans devoir, comme c’était le cas auparavant, justifier une embauche effective ou trois ans d’affiliation continue à l’assurance-chômage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *