Mercredi, le Sénat a relevé le plafond des dons au profit d’associations venant en aide à des personnes en difficulté permettant une déduction fiscale de 75% des sommes versées, parfois appelé le dispositif “Coluche”. Il porte de 537 euros à 1.000 le montant déductible. 

Cette proposition était défendue par le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau, qui a souligné la nécessité d’encourager “l’élan de générosité et de fraternité” des Français. 

Un deuxième amendement vient assouplir la fiscalité du don. Il permet un déplafonnement du montant des dons en nature réalisés pendant la crise sanitaire par les entreprises qui ne peuvent pas écouler leur production, en leur faisant bénéficier d’une réduction d’impôt de 60% du coût de revient du produit. Les principales visées sont les entreprises alimentaires. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *