La crise du coronavirus a pris de court le monde, ébranlant les marchés financiers. Les mesures de confinement et de distanciation sociale émises afin d’endiguer l’épidémie ont entraîné la fermeture de certains secteurs de l’économie, ont provoqué un arrêt cardiaque de l’économie ainsi que des turbulences. La récession qui s’ensuivra sera peut-être sévère mais courte. Cependant les conséquences de la crise pourraient durer, modifiant les comportements et la dynamique du marché.

Alors que la vente massive d’actifs à risque, l’essor de la volatilité et l’incertitude accrue des marchés ont entraîné la misère et le stress, la crise a modifié le sort de la gestion active. Les investisseurs devraient se demander si, en optant pour une gestion passive bon marché, ils ne risquent pas de le payer cher, non seulement en raison des risques inhérents à l’investissement passif, mais aussi parce qu’ils pourraient manquer des occasions uniques d’adopter une approche active qualifiée.Les soins de santé, les technologies permettant la connectivité
et le commerce en ligne pourraient être gagnants à long terme.

Une gestion active est selon nous à privilégier, ceci pour cinq raisons principales: les performances divergentes, la gestion de crise, la volatilité utile, la destruction constructive et la déviation de l’avenir.PERFORMANCES DIVERGENTES

L’un des facteurs de succès de la gestion active est la diversité. Si l’on pousse la réflexion à l’extrême et que tous les rendements étaient identiques, il n’y aurait pas de meilleurs titres à sélectionner ni de moins bons à éviter. La crise a déstabilisé les marchés, envoyant les investissements sur des trajectoires variées, apportant une diversification bienvenue à partir de laquelle des gestionnaires chevronnés peuvent sélectionner des investissements performants.

Dans un monde dépassé par la crise sanitaire et l’auto-confinement, les soins de santé, les technologies permettant la connectivité et le commerce en ligne pourraient être gagnants à long terme. De plus, l’immobilisme économique entraîne une baisse de la demande de produits de base et de transport, tout en mettant à rude épreuve les banques et les détaillants. Le premier trimestre de 2020 a confirmé ces tendances. Certaines sociétés phares ont vu leurs actions chuter d’environ 40% voire plus, comme Chevron, Exxon Mobil et Boeing, tandis que d’autres ont perdu moins de 10%, comme Microsoft et Intel. Les rendements des secteurs du S&P 500 ont oscillé entre une baisse de plus de 30% pour la finance, de 50% pour l’énergie et de moins de 15% pour les soins de santé et les technologies de l’information. Il n’est pas surprenant que les actions américaines «growth» à forte capitalisation technologique n’aient chuté que de 14%, tandis que les actions à forte capitalisation financière «value» ont chuté de 27%, soit près du double de la chute de la croissance.

Les gestionnaires actifs talentueux peuvent se réjouir de rendements aussi fragmentés. Les portefeuilles peuvent non seulement offrir des rendements différents de ceux de l’indice, et potentiellement le surpasser en raison de la grande marge séparant les gagnants des perdants.UNE VOLATILITÉ UTILE

Alors que l’une des caractéristiques de la dernière décennie était la faible volatilité, celle-ci a brusquement augmenté en 2020. La volatilité implicite des actions – telle que mesurée par l’indice de volatilité CBO (VIX) – a atteint son plus haut niveau historique. La volatilité réalisée sur les actions, les obligations et les devises a atteint des sommets. L’ère de la faible volatilité est peut-être terminée et c’est une bonne chose.Au premier trimestre 2020, le prix du pétrole s’est effondré de plus de 50%, ce qui a stimulé
les portefeuilles mettant l’accent sur une faible empreinte carbone.

Une crise amène un déluge de convictions, les investisseurs calibrent constamment leurs attentes en fonction d’une réalité qui évolue. Les prix changent constamment en fonction de l’évolution, en essayant d’envisager les scénarios les plus probables. Pendant ces périodes d’ajustement volatiles, l’irrationalité émotionnelle entraîne des écarts des prix du marché par rapport aux fondamentaux. C’est le moment où les prix s’écartent le plus des valeurs intrinsèques, de sorte que les investisseurs avertis, dotés d’un œil aiguisé, d’une tête lucide et de patience, peuvent identifier les opportunités, en attendant que les prix convergent finalement avec les évaluations au fil du temps. La volatilité est utile car elle crée d’abondantes opportunités d’investissement.GESTION DE CRISE

Au-delà du fait qu’ils représentent des convictions fortes pour ajouter de l’alpha, les portefeuilles peuvent également intégrer des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (ESG), ce qui contribue à gérer la crise à laquelle notre monde est confronté.

Au premier trimestre 2020, le prix du pétrole s’est effondré de plus de 50%, ce qui a stimulé les portefeuilles mettant l’accent sur une faible empreinte carbone. Les facteurs ESG n’ont pas seulement permis de générer des rendements supérieurs, mais ont peut-être aussi donné un nouvel élan à la lutte contre l’autre crise mondiale, éclipsée par la crise du coronavirus: le changement climatique.

La gestion active peut mieux s’adapter à l’ESG que la gestion passive, non seulement en excluant certaines entreprises – la gestion passive peut exclure systématiquement les producteurs de pétrole – mais aussi en récompensant les entreprises qui pourraient nous aider à gérer les crises en développant l’énergie verte, en promouvant l’équité sociale et en adhérant à des pratiques de bonne gouvernance. Les crises ont tendance à rassembler les gens, en leur faisant apprécier davantage ceux qui font le bien pour la société, plutôt que ceux qui se concentrent uniquement sur les profits à court terme.DESTRUCTION CONSTRUCTIVE

La destruction constructive est le processus naturel de «nettoyage» qu’entraînent les crises et les récessions. Les sociétés dont les activités sont faibles ne survivent pas, alors que celles qui ont des activités viables, des bilans solides et des flux de trésorerie durables survivent. Dans ce processus de survie des plus forts, les dirigeants actifs peuvent sélectionner les survivants. Grâce à une recherche diligente axée sur les fondamentaux, les gestionnaires peuvent identifier les futurs gagnants et éviter les probables perdants.Le rythme du changement s’accélère dans
notre monde en constante évolution.

Dans un environnement comme celui de la dernière décennie, où les sociétés zombies pouvaient survivre en empruntant à bon marché pour continuer leur évolution et même faire grimper le prix des actions par des rachats, il est plus difficile pour les gestionnaires actifs de générer de la valeur. Lorsque ceux qui devraient échouer le font, les gestionnaires actifs peuvent plus facilement faire la différence entre les gagnants et les perdants.UN FUTUR INCERTAIN

Le futur incertain est le nouveau cap que l’avenir a pris, en s’écartant de son précédent. Le rythme du changement s’accélère dans notre monde en constante évolution.

Les styles d’investissement axés sur la valeur et la croissance sont un exemple de ce nouvel avenir. Ces deux styles ont traversé des cycles, jusqu’au début du plus long cycle de croissance jamais enregistré. Considérée comme l’une des primes de risque traditionnelles, la valeur est souvent favorisée par des stratégies basées sur des règles. Cependant, la valeur l’emporte sur la finance, où les banques sont confrontées à des vents contraires en raison de la faiblesse des taux d’intérêt et des créances douteuses. La croissance, en revanche, surpondère la technologie, qui peut donc continuer à surperformer en raison de son positionnement en faveur de la créativité et du changement. Alors que les investissements passifs s’appuient sur les anciens paradigmes, les investissements actifs peuvent s’adapter aux nouveaux.

Un autre exemple est la dépendance à l’égard des décideurs politiques. La dernière décennie a été difficile pour l’allocation active car les marchés se sont moins basés sur les fondamentaux et plus sur les liquidités injectées par les banques centrales. Si les décideurs politiques sont toujours susceptibles d’être un moteur important des marchés, notamment avec les mesures de relance monétaire et budgétaire sans précédent qui ont suivi la crise du coronavirus, certains actifs devraient s’en sortir mieux que d’autres pendant la reprise, ce qui ouvrira la voie à des décisions d’allocation active.

Les gestionnaires actifs peuvent tirer parti des résultats probables des actions des décideurs politiques. En ce qui concerne les obligations, par exemple, les trackers indiciels passifs feront automatiquement pencher les portefeuilles vers les pays qui doivent émettre davantage de dettes pour financer leur reprise, comme l’Italie, la France et l’Espagne. Les gestionnaires actifs peuvent éviter ces émetteurs – il est peu probable qu’ils fassent défaut, mais les rendements de leur dette souveraine pourraient augmenter. Les rendements des obligations d’entreprises de qualité et à haut rendement pourraient gonfler les taux de défaillance sur la base de statistiques historiques, sans tenir compte des renflouements probables des banques centrales et des gouvernements dans le futur. Les gestionnaires actifs peuvent utiliser cette divergence entre le passé et l’avenir pour ajouter de la valeur.

Les investisseurs doivent recalculer leur trajectoire. Lorsque l’avenir prend une tournure différente, il est plus difficile d’extrapoler les tendances et les schémas passés. Les règles changent. Seuls les investisseurs qui peuvent s’adapter auront des chances de réussir. Les investissements passifs, par définition, sont basés sur le passé et non sur le futur. Seule une gestion active peut anticiper et s’adapter au nouvel avenir. 

Yoram Lustig, T. Rowe Price

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *