Credit Immo, les délais s’allongent dans les banques !

Bourse petit bonhomme

Si les taux immobiliers remontent légèrement en avril, ils ont atteint un plus bas historique en mars. Entre la forte demande, la reprise des renégociations de crédits et le 3ᵉ confinement, les délais de traitement dans les banques se sont allongés.

(BFM Immo) – Après un mois de mars où les taux immobiliers avaient atteint un plus bas historique, certaines banques ont remonté faiblement leur barème en avril, entre 0,05% et 0,10%, note Vousfinancer. « Ces quelques hausses isolées peuvent être liées à la volonté de certaines banques de réguler les flux de dossiers de crédits, ou de ne capter que les meilleurs dossiers, souvent moins concernés par ces remontées », précise le courtier. 

>> Partenariat BFM Immo : Trouvez le meilleur taux pour votre assurance emprunteur avec notre comparateur gratuit

Les taux moyens sont de 1% sur 15 ans, 1,20% sur 20 ans et 1,40% sur 25 ans. Pour autant, pour les meilleurs profils, les taux affichés sont négociables et on peut emprunter à moins de 1% sur toutes les durées: 0,50% sur 15 ans, 0,75% sur 20 ans et 0,90% sur 25 ans.

Un délai de conditions suspensives d’obtention de prêt de 60 jours

Des taux bas qui ont notamment pour conséquence un allongement de la durée de traitement dans les banques. Entre les demandes de prêts nombreuses en mars et avril, la hausse des renégociations de crédits, et la période de confinement qui a entrainé des perturbations et une désorganisation au sein du personnel des banques, Vousfinancer constate des niveaux records en termes de délais de traitement dans les banques. 

A lire aussi

Sandrine Allonier, directrice des études de Vousfinancer, précise: « Actuellement, dans certaines banques, les délais sont parfois de 2 à 3 semaines pour obtenir un accord de principe sur le dossier, et jusqu’à 1 mois pour avoir une proposition ferme. L’émission des offres de prêt peut prendre encore 2 à 3 semaines ». Sandrine Allonier conseille donc : « Dans ce contexte, il est recommandé d’avoir un délai de conditions suspensives d’obtention de prêt de 60 jours. Celles-ci pourront être tenues à condition de bien anticiper son projet et de déposer son dossier rapidement après la signature du compromis de vente, afin de tenir compte des délais de réponse des banques ».

Merci a Diane LACAZE de BFM pour cet article que j’ai extrait de BFM Immo du 20/04/2021

Les services financiers attirent de plus en plus les distributeurs américains (Walgreens, Warlmart, etc…).

scpicomprise

Les distributeurs américains abordent l’après-Covid en position de force. Et ils se sentent pousser des ailes. La plupart des grands commerçants, notamment ceux déjà forts sur Internet, ont profité de la crise et présenté des résultats exceptionnels ces derniers mois. Ils ont donc de quoi investir pour s’offrir de nouveaux horizons. Et celui qui les fait rêver, ce sont les services financiers.

COVID-19 un an après en restauration…

Le Covid a engendré un manque à gagner en 2020 de 31 milliards d’euros pour tous les circuits hors domicile, selon Food Service Vision. A eux seuls, les restaurants ont perdu 44 % de leur chiffre d’affaires et 67% au début 2021, mais la clientèle sera là dès la réouverture.

Aujourd'hui, dans les restaurants, la vente à emporter représente près des deux tiers des repas quand la livraison pèse pour 35 % d'entre eux, selon Food Service Vision.
Aujourd’hui, dans les restaurants, la vente à emporter représente près des deux tiers des repas quand la livraison pèse pour 35 % d’entre eux, selon Food Service Vision. (UGO AMEZ/SIPA)

EXTRAIT DES ECHOS rédigePar Clotilde Briard Publié le 9 avr. 2021 à 9:35Mis à jour le 9 avr. 2021 à 9:39

Le calendrier réel de réouverture des cafés et restaurants reste encore à préciser, mais le secteur a au moins une certitude : il pourra très vite compter sur ses clients. 88 % des Français exprimaient en janvier et février l’envie d’aller au restaurant , selon Food Service Vision. Et un sur deux projetait même d’y retourner dans les quinze jours à partir du moment où les établissements seraient à nouveau accessibles.

« Les gens piaffent d’impatience de retrouver ce lien social. Et ils ont confiance. Seulement 31 % craignent d’y être contaminés contre 49 % lors du premier confinement », remarque le président fondateur de Food Service Vision François Blouin. Même s’il estime qu’au démarrage d’une réouverture complète, la part de la consommation sur place sera de 10 % inférieure à l’ordinaire…