Porsche avance aussi …

Le constructeur automobile allemand fait un parcours sans faute depuis son arrivée en Bourse. Sa valorisation reste cependant encore en-dessous du leader en la matière quand on la compare au nombre de véhicules écoulés.

Une semaine à peine après son arrivée en Bourse, Porsche grille déjà la politesse à sa maison-mère Volkswagen. Jeudi, le fabricant des fameuses 911 a dépassé la capitalisation boursière du constructeur automobile qui regroupe des marques comme Audi, Skoda ou encore Seat. Avec une action au-delà de 90 euros jeudi, Porsche pesait alors plus de 82 milliards d’euros en Bourse, contre un peu moins de 79 milliards d’euros pour le groupe Volkswagen

Le parcours boursier de Porsche impressionne, avec une action qui a déjà pris pratiquement 10% depuis son prix d’introduction à 82,50 euros par action. On n’était pourtant pas forcément extrêmement confiant sur l’introduction en Bourse de Porsche. Surtout qu’il y avait quand même pas mal de vents contraires. Déjà les autres constructeurs automobiles de luxe cotés sont à la peine depuis le début de l’année, comme Ferrari (-14,5% depuis janvier*) ou Aston Martin (-92,6% depuis janvier*). Ensuite, on peut aussi citer pêle-mêle la hausse des taux, la crise énergétique et les problèmes d’approvisionnement qui touchent l’ensemble du secteur automobile. 

Jean-Louis Dell’Oro (BFM Business) : Porsche réussit la plus grosse entrée en Bourse d’Europe depuis plus de 10 ans – 29/09Play Video

L’appétit des investisseurs a finalement été au rendez-vous et c’est une très belle opération pour les propriétaires du constructeur. Auparavant, Porsche appartenait à 100% au groupe Volkswagen, lui-même contrôlé par Porsche SE, qui est une holding familiale (elle aussi cotée en Bourse) à ne pas confondre avec le fabricant. Le constructeur Porsche fait donc désormais bande à part en Bourse.

Pour réussir son IPO (« initial public offering »), Porsche s’était assuré le soutien de grands investisseurs au tour de table, comme par exemple les fonds souverains du Qatar, d’Abu Dhabi et de Norvège. La récente hausse du cours est aussi liée à l’achat par les banques d’investissement qui ont accompagné l’entrée en Bourse de près de 3,8 millions d’actions Porsche (pour environ 312,8 millions d’euros, selon Reuters). Des achats prévus dans le cadre d’une option de surallocation de l’IPO. Celle-ci peut d’ailleurs concerner jusqu’à 14,85 millions d’actions (pour une valeur de 1,2 milliard d’euros).

Pour vous donner une idée de la taille de cette opération, il s’agit tout simplement de la plus grande introduction en Bourse en Europe depuis Glencore en 2011, si on compare les volumes d’émissions. En Allemagne, c’est la deuxième plus grosse introduction de l’histoire du pays après Deutsche Telekom en 1996.

Porsche est désormais le premier constructeur européen en Bourse et le quatrième au niveau mondial, juste derrière Tesla, Toyota et le chinois BYD. Si on veut comparer à un groupe français, Porsche vaut déjà ainsi pratiquement le double de Stellantis. Et pourtant, le groupe vend pratiquement 20 fois moins de véhicules par an. Mais il faut dire que c’est bien sûr un segment complètement différent. Le prix de vente moyen chez Porsche, c’est tout de même un peu plus de 109.000 euros, selon les calculs de BFM Bourse. 

Comme nous l’avions fait début 2020 pour Tesla, dont l’action flambait de 80% en à peine plus d’un mois à l’époque, BFM Bourse s’est amusé à comparer la valorisation de certains constructeurs automobiles par voiture vendue. Cela permet de montrer de façon ludique les multiples de valorisation dans l’automobile de luxe. Nous avons donc regardé du côté de Ferrari et d’Aston Martin, ainsi que de Tesla, qui reste de loin la plus grosse capitalisation mondiale dans ce secteur. Nous avons pris les capitalisations boursières actuelles* pour les comparer avec les données sur les ventes de l’ensemble de l’année 2021, car tous les groupes ne font pas de prévisions précises sur leurs ventes pour cette année. Et nous avons bien sûr converti tous les chiffres en euros**.

3 millions d’euros par voiture écoulée

A ce petit jeu, Porsche est encore loin du niveau de Ferrari, qui semble imbattable. Ferrari vaut ainsi plus de 3,13 millions d’euros par voiture vendue. Alors que Porsche, lui, n’est valorisé « que » 270.000 euros par véhicule livré. Ce qui reste quand même considérable. Aston Martin est loin derrière, avec une capitalisation boursière équivalente à 67.500 euros par voiture vendue. Plus surprenant en revanche, Tesla affiche quand même une valorisation équivalente à plus de 800.000 euros par véhicule écoulé. Ce qui le place juste derrière Ferrari, qui garde encore une longueur d’avance sur tous les autres. 

Des données à comparer avec le chiffre d’affaires généré par voiture vendue (en 2021): 58.503 euros pour Tesla, 109.603 euros pour Porsche, 201.522 euros pour Aston Martin et enfin 382.868 euros pour Ferrari. L’ordre est quelque peu différent lorsqu’on regarde les marges opérationnelles par véhicule écoulé en 2021: -14.082 euros pour Aston Martin, 7.082 euros pour Tesla, 17.596 euros pour Porsche et 96.413 euros pour Ferrari. Attention toutefois à noter que certains constructeurs tirent de substantiels revenus en dehors des ventes de voitures. C’est le cas de Tesla (environ 12% de son chiffre d’affaires est hors automobile) ou de Ferrari (environ 16% de ses revenus, notamment via la vente de produits dérivés et la fourniture de moteurs à Maserati). Ce qui ne modifierait néanmoins qu’à la marge ce palmarès.

*cours arrêtés jeudi 6 octobre 2022 dans la journée

*taux de changes du jeudi 6 octobre 2022

Jean-Louis Dell’Oro – ©2022 BFM Bourse