Sur des longs courriers LUFTHANSA transforme ses sièges eco en couchette…

La compagnie allemande lance une offre qui permet de réserver les sièges adjacents au sien pour les transformer en couchettes. Avec oreiller et surmatelas compris dans le package.

C’est plutôt malin et pragmatique. Alors que beaucoup de sièges en Eco des lignes longs courriers sont encore vides, la Lufthansa a eu l’idée de lancer une offre qui permet à un voyageur de réserver les 3 ou 4 sièges adjacents au sien pour les transformer en couchette.

Le service baptisé Sleeper’s Row est lancée ce lundi 2 août sur certains vols long-courriers de 11 heures et plus depuis Francfort et Munich “sur des liaisons vers l’Extrême-Orient, la côte ouest des États-Unis, l’Amérique centrale et du Sud ou l’Afrique australe”, explique la compagnie nationale allemande. Trois couchettes par vol sont proposées.

Concrètement, le service est facturé entre 159 et 229 euros par vol selon le trajet. Outre la réservation des sièges adjacents pour s’allonger, Lufthansa fournit un oreiller, une couverture, un surmatelas “de qualité Business Class” (classe affaires, NDLR) et une ceinture de sécurité spéciale qui reste attachée même lorsque le passager est allongé. Ce service permet également de bénéficier d’un pré-embarquement.

Générer des revenus avec les sièges laissés vacants

Ce n’est pas une première. Air New Zealand propose un service similaire depuis plusieurs années. Mais dans le contexte du covid, avec des avions longues distances encore faiblement remplis, le service permet à la Lufthansa de générer un peu de revenus supplémentaires sur les sièges laissés vacants qui ne rapportent rien et donc coûtent beaucoup.

Il permet également à la compagnie de démarquer son offre Eco par rapport à la concurrence européenne qui n’offre pas un tel service. La Sleeper’s Row “est une étape supplémentaire vers une plus grande diversité de produits en classe économique pour répondre aux souhaits des passagers pour plus de confort et d’individualité”, se félicite la compagnie.

Extrait de BFM Buisness en date du 03082021

Olivier ChicheporticheJournaliste BFM Business