Et la RETRAITE, CACP64 vous en parle …

Pension de réversion 2023 : les plafonds de ressources à respecter

Pour prétendre au versement d’une pension de réversion au décès de votre époux (se), vous devez justifier de revenus mensuels inférieurs à certains montants. Ces derniers sont chaque année revalorisés au mois janvier. Découvrez les plafonds de ressources à respecter en 2023pour percevoir cette rente chaque mois.

Preparez vou svotre retraite ?

retraites

À partir de quand faut-il préparer sa retraite ?

Aujourd’hui, l’âge légal de départ à la retraite est fixé à 62 ans pour les personnes nées à partir de 1955, mais il peut néanmoins varier en fonction de plusieurs paramètres : les conditions de travail, l’âge de début de travail, le nombre de trimestres durant lesquels la personne a cotisé, etc. 

Une chose est sûre : le pouvoir d’achat baisse inéluctablement lorsque l’on ne travaille plus. En moyenne, c’est 30% de revenus en moins ! Alors pour compléter sa retraite, il est fortement conseillé de se créer un patrimoine durant ses années d’activité. Et plus tôt on s’y met, plus sa qualité de vie sera confortable le moment venu, et moins on aura de sacrifices à faire à l’approche du moment fatidique. 

En toute logique, plus vous commencez à épargner tôt pour votre retraite, et moins l’effort d’épargne sera important. Car pour arriver à la même somme, si vous commencez à mettre de côté de l’argent à 30 ans, la part de votre budget à mettre de côté pour vos vieux jours sera bien moins importante que si vous vous y mettiez à 50 ans ! 

Mais pas d’inquiétude, si vous n’avez pas pu commencer à épargner à 30 ans, tout n’est pas perdu. Loin de là ! Certains experts estiment que l’âge idéal pour commencer à épargner est 40 ans puisqu’ils partent du principe qu’une vingtaine d’années sont suffisantes pour mettre de côté un capital intéressant avec un effort d’épargne acceptable. 

Quelles solutions pour épargner le plus tôt possible ?

À partir de 20 ans : se constituer une épargne de précaution

Il est conseillé de commencer à épargner dès que l’on entre dans la vie active et que l’on commence à percevoir ses premiers revenus. Il existe des placements sans risques qui garantissent votre capital et qui permettent de retirer les sommes épargnées directement en cas de besoin. Nous vous conseillons de commencer avec un livret A et un LDDS (Livret de développement durable et social). Même s’ils sont plafonnés, ils vous permettent de commencer à vous construire un capital bien utile en cas de coup dur. 

À partir de 30 ans : prévoir l’acquisition d’un bien immobilier

En début de carrière, penser à sa retraite ne fait clairement pas partie de ses priorités. À cet âge là, on est souvent beaucoup plus interessé par l’achat de son premier bien immobilier. Et c’est loin d’être une mauvaise chose ! Il ne faut pas culpabiliser de prioriser l’achat d’un bien immobilier à l’investissement dans un produit dédié à la retraite. Car en effet, être propriétaire de son logement lorsque l’on est à la retraite permet de se décharger du coût du loyer. De plus, les prix de l’immobilier ont tendance à évoluer à la hausse, surtout dans les grandes villes. Vous pourrez donc probablement faire une plus-value en revendant votre bien et donc faire fructifier votre capital. Retrouvez tous nos conseils pour ouvrir un Plan d’épargne logement.

Vous pouvez également envisager d’investir dans l’immobilier locatif pour vous constituer une rente. L’effort d’épargne est alors réduit puisque vous utiliserez les loyers perçus pour rembourser (au moins en partie) votre emprunt.

À partir de 40 ans : placer son argent dans des produits dédiés à la retraite

Comme nous l’avons vu plus haut, il est conseillé de commencer à penser à sa retraite à partir de 40 ans. Vous avez dès lors le choix entre plusieurs types de produits, et il est vivement recommandé de diversifier votre épargne : 

  • L’Assurance Vie : Ce n’est pas pour rien si l’Assurance Vie est le placement préféré des français ! Il permet de se constituer un capital progressivement en y versant une partie de son salaire régulièrement et de récupérer tout ou une partie de son épargne quand on le souhaite. Ca vous intéresse ? Parcourez notre guide pour tout savoir sur l’Assurance Vie.
  • Le PER ou PERP : Le Plan d’Epargne Retraite a pour vocation de compléter la pension versée au moment de la retraite. Il est très avantageux fiscalement parlant puisque l’on peut déduire les sommes versées de ses revenus. En revanche, les sommes placées sur un PER sont bloquées jusqu’à la retraite. Découvrez toutes nos informations et conseils les Plans d’Epargne Retraite.
  • Le PEA : Le Plan d’Epargne en Actions permet d’investir sur les marchés boursiers. Attention, c’est un placement à risque puisque le capital n’est pas garanti. Par contre, son potentiel de performance à long terme est plus intéressant. Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre article dédié au PEA.

Et si, on parlait de nouveau de la loi « LEMOINE » assurances emprunteur.

Mise en place par la députée Patricia Lemoine, a pour objectif de faciliter l’accès au crédit immobilier. Mais, quels sont les changements qu’implique ce nouveau dispositif ?

1) Le droit de résiliation et le renforcement de l’information

La loi Lemoine permet aux particuliers, ayant souscrit un crédit immobilier, de résilier à tout moment leur contrat d’assurance emprunteur, sans frais. Cette loi est entrée en vigueur à partir du 1er juin 2022 pour les nouveaux contrats et à partir du 1er septembre 2022 pour les anciens contrats.

Par ailleurs, pour plus de transparence, les banques et les assurances doivent maintenant :

  • annoncer le coût de leur assurance emprunteur pour 8 ans;
  • prévenir la date d’échéance du contrat;
  • et rappeler chaque année aux assurés leur droit de résilier leur contrat.

En cas de non-respect de ces obligations, les compagnies d’assurance et les établissements bancaires réfractaires devront payer une amende de 15 000 euros.

2) Le droit à l’oubli et l’évolution de la grille de référence de la convention AERAS

Le droit à l’oubli permet aux emprunteurs ayant guéri du cancer, depuis une durée fixe, sans rechute, de ne pas le mentionner dans leur questionnaire santé. Si auparavant le délai était de 10 ans après la fin du protocole thérapeutique pour les anciens malades de cancer, à présent, ce dernier est de 5 ans et concerne également l’hépatite C.

La convention AERAS précise deux conditions pour que le droit à l’oubli soit applicable :

  • Il faut que les contrats d’assurance impliqués couvrent des prêts à la consommation, des prêts professionnels et des prêts immobiliers.
  • L’échéance des contrats d’assurance intervient avant que l’emprunteur n’ait 71 ans.

3) La suppression du questionnaire de santé

La loi Lemoine formule également l’interdiction de solliciter des informations relatives à l’état de santé de l’assuré.

Cela concerne uniquement certains contrats d’assurance emprunteur, à savoir :

  • si la part assurée sur l’encours cumulé des contrats de crédit ne va pas au-delà de 200 000 euros par personne,
  • Le remboursement du crédit immobilier doit être prévu avant que l’assuré n’ait 60 ans.

Cette suppression va faciliter l’accès au crédit immobilier, sans discrimination basée sur la santé.